PROCAS Résultats

Le recrutement des participants et la saisie des données de l'étude ont pris fin en avril 2018.

Depuis l'automne 2018, l'analyse des données est en cours. Les premièeres publications sont parues depuis la fin de l'été 2019. Vous trouverez ci-dessous les liens ver les publications respectives.

Nous aimerions profiter de cette occasion pour remercier tous les patients et leurs proches, ainsi que tous les registres du cancer et les médecins qui ont participé à notre étude.

Publications PROCAS

I) Prostate Cancer Survivorship in Switzerland (PROCAS): Study Protocol
of the Swiss Multiregional Cohort.
Adam S, Martin-Diener E, Schmid H-P, Arndt, V.

Swiss Cancer Bulletin. 2019;38(3): 256-261

Cette publication décrit le contexte, l'objectif, la méthodologie et la mise en œuvre de l'étude PROCAS (Prostate Cancer Survivorship in Switzerland). L'article montre également la composition de la population étudiée, c'est-à-dire le groupe d'hommes qui ont rempli le questionnaire et l'ont renvoyé. Au total, 748 hommes y ont participé et un très bon taux de réponse de 62,6 % a été obtenu.

L'étude PROCAS permettra d'évaluer la qualité de vie, le bien-être et le fardeau des symptômes d'un échantillon sociodémographique représentatif des survivants suisses du cancer de la prostate de longue durée.

Publications supplémentaires

Plusieurs articles servant de base à l'analyse des données PROCAS ont déjà été publiés.

I) Health-related quality of life among long-term (≥5 years) prostate cancer survivors by primary intervention: a systematic review.
Adam S, Feller A, Rohrmann S, Arndt V.

Health Qual Life Outcomes. 2018;16(1):22. doi:10.1186/s12955-017-0836-0.

https://hqlo.biomedcentral.com/articles/10.1186/s12955-017-0836-0

Cette étude est une revue systématique, qui décrit l’état actuel de la recherche sur la qualité de vie liée à la santé des patients atteints du cancer de la prostate en fonction des années de traitement et cela cinq ans ou plus après le diagnostic. Les résultats de 13 études différentes y ont été comparés. L'étude systématique montre que, d'après les recherches antérieures, il n'existe aucune preuve concluante de différences ou de comparabilité entre les divers traitements initiaux en ce qui concerne la qualité de vie à long terme des patients atteints du cancer de la prostate. Cela signifie qu'à l'heure actuelle, il n'est pas possible de déterminer quel traitement peut offrir la meilleure qualité de vie à long terme aux patients atteints d'un cancer de la prostate. Ce manque de preuves concluantes résulte d'un nombre trop faible, d'une trop grande hétérogénéité et de la qualité limitée des études examinées. Afin d'étudier la relation entre la qualité de vie et le traitement initial, il faut davantage de cohortes prospectives à grande échelle ou d’études contrôlées randomisées avec des évaluations répétées de suivi de la qualité de vie.

II) Health‐related quality of life in long‐term survivors with localised prostate cancer by therapy - results from a population‐based study.
Adam S, Koch-Gallenkamp L, Bertram H, Eberle A, Holleczek B, Pritzkuleit R, Waldeyer-Sauerland M, Waldmann A, Zeissig SR, Rohrmann S, Brenner H, Arndt V.

Eur J Cancer Care (Engl). 2019. doi:10.1111/ecc.13076.

https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1111/ecc.13076

Cette étude cherchait à savoir si, cinq ans ou plus après le diagnostic, la qualité de vie liée à la santé des patients atteints d'un cancer de la prostate avec tumeurs localisées différait selon le traitement du cancer. L'étude a été réalisée à partir de données démographiques provenant d'Allemagne. Les résultats montrent que les patients atteints d'un cancer de la prostate traités soit uniquement par prostatectomie radicale (ablation chirurgicale de la prostate), soit exclusivement par radiothérapie, ont la meilleure qualité de vie liée à la santé et les symptômes les moins lourds. Inversement, les patients atteints d'un cancer de la prostate traités par thérapie de privation androgénique (traitement médicamenteux pour réduire le taux de testostérone) ou par une combinaison de prostatectomie radicale et de radiothérapie sont ceux qui rapportent la plus mauvaise qualité de vie liée à la santé et les symptômes le plus lourd.

III) Age-specific health-related quality of life in disease-free long-term prostate cancer survivors versus population controls – results from a population-based study.
Adam S, Doege D, Koch-Gallenkamp L, Thong M, Bertram H, Eberle A, Holleczek B, Pritzkuleit R, Waldeyer-Sauerland M, Waldmann A, Zeissig SR, Rohrmann S, Brenner H, Arndt V.

Supportive Care in Cancer. 2019. doi: 10.1007/s00520-019-05120-5 

https://link.springer.com/article/10.1007%2Fs00520-019-05120-5

Dans cette étude, nous avons examiné la qualité de vie liée à l'âge et la santé des patients atteints d'un cancer de la prostate et déclarés sans récidive (5-16 ans après le diagnostic) et d'un groupe contrôle de la population n’ayant jamais été atteint du cancer. Les données sont basées sur deux études démographiques réalisées en Allemagne. Les patients atteints d'un cancer de la prostate signalent une bonne qualité de vie liée à la santé, mais présentent encore des désavantages spécifiques pour le fonctionnement social et plus de problèmes de constipation et de diarrhée que les groupes contrôle de la population n’ayant jamais été atteint du cancer. Les patients atteints d'un cancer de la prostate de moins de 70 ans, en particulier, ont signalé davantage de restrictions quant à la qualité de vie et une charge de symptômes plus élevée que les patients du groupe contrôle sans récidive et les patients plus âgés atteints d'un cancer de la prostate. Cependant, toutes les différences de qualité de vie constatées entre les patients atteints du cancer de la prostate et le groupe contrôle de la population n'avaient qu'une pertinence clinique négligeable ou mineure. La subdivision statistique selon le temps écoulé depuis le diagnostic a également montré peu de différences entre les sous-groupes. Cela signifie que, 10 ans ou plus après le diagnostic, les patients atteints du cancer de la prostate  avaient une qualité de vie comparable à celle des patients cinq à six ans ou sept à neuf ans après le diagnostic. En ce qui concerne les symptômes spécifiques du cancer de la prostate, les troubles urinaires étaient le plus pénible.

IV) The association of cancer‐related fatigue with all‐cause mortality of colorectal and endometrial cancer survivors: results from the population‐based PROFILES registry.
Adam S, van de Poll‐Franse L V., Mols F, Ezendam NPM, de Hingh IHJT, Arndt V, Thong M S.Y.

Cancer Med. 2019;8(6):3227–36.

https://onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1002/cam4.2166

Dans cette étude, nous avons analysé si la fatigue liée au cancer (FRC) est associée à un taux de mortalité accru chez les patientes atteintes d'un cancer du côlon ou du col utérin. Cette corrélation a été constatée chez les hommes atteints d'un cancer colorectal. Bien que les patientes atteintes d'un cancer colorectal et d'un cancer du col de l'utérus aient signalé plus fréquemment une fatigue liée au cancer, nous n'avons trouvé aucun lien statistiquement significatif entre la fatigue liée au cancer et la mortalité globale dans ce groupe.

Présentations

1. Adam S, Doegge D, Koch‐Gallenkamp L, et al. Age-specific health-related quality of life in disease-free long-term prostate cancer survivors versus population controls – results from a population-based study. DKG-Mitgliederzeitschrift FORUM. Presented at the 4th interdisciplinary Congress on Quality of Cancer Care (QoCC) in Berlin, Germany, 2019 (Age-specific health-related quality of life in disease-free long-term prostate cancer survivors versus population controls_poster)

2. Adam S, v d Polls-Franse L, Mols F, Arndt V, Enzedam NPM, Thong M. The association of cancer‐related fatigue with all‐cause mortality of colorectal and endometrial cancer survivors: a population-based study. Presented at the Annual Meeting of the Multinational Association of Supportive Care in Cancer and the International Society of Oral Oncology in Vienna, Austria, 2018 (Association of cancer‐related fatigue with all‐cause mortality_presentation)

3. Adam S, Mols F, Enzedam NPM, Thong M. The association of cancer‐related fatigue with all‐cause mortality of colorectal and endometrial cancer survivors: a population-based study. Presented at the 33rd German Cancer Congress in Berlin, Germany, 2018 (Association of cancer‐related fatigue with all‐cause mortality_poster)

4. Adam S, Koch-Gallenkamp L, Bertram H, Eberle A, Holleczek B, Pritzkuleit R, Waldeyer-Sauerland M; Waldmann A, Zeissig S, Brenner H, Rohrmann S, Arndt V. Health-related quality of life in long-term survivors with localized prostate cancer by type of intervention. Oncolocy Research and Treatment – Version 33. Presented at the 33rd German Cancer Congress in Berlin, Germany, 2018 (Health-related quality of life in long-term survivors with localized prostate cancer by type of intervention_poster)

5. Adam S, Feller A, Rohrmann S, Arndt A; Health-related quality of life among long-term (>5 years) prostate cancer survivors by primary treatment: a systematic review. DKG-Mitgliederzeitschrift FORUM. Presented at the 3rd interdisciplinary Congress on Quality of Cancer Care (QoCC) in Berlin, Germany, 2017 (Health-related quality of life among longterm PC survivors _systematic review_poster_1)

6. Adam S, Feller A, Rohrmann S, Arndt A; 2017; Health-related quality of life among long-term prostate cancer survivors by primary treatment: a systematic review. Proceedings of the AACR. Presented at the Annual Meeting of the American Association of Cancer Research in Washington D.C., USA, 2017 (Health-related quality of life among longterm PC survivors _systematic review_poster_2)

Honneurs

Deux des ouvrages publiés à ce jour ont été primés:

Young Investigator Award (2018) de Multinational Association of Supportive Cancer (MASCC) pour l’article:

The association of cancer‐related fatigue with all‐cause mortality of colorectal and endometrial cancer survivors: a population-based study

American Research for Cancer Scholar-in-Training Award (Pezcoller Foundation – 2017) pour l’article:

Health-related quality of life among long-term prostate cancer survivors by primary treatment: a systematic review