Contexte

Par rapport au reste de la population nationale, la proportion de nouvelles personnes atteintes d'un cancer de la prostate en Suisse est l'une des plus élevées du monde. Chaque année, ce diagnostic est posé chez environ 6300 hommes.

Le nombre de nouveaux cas n'est pas le seul à être élevé; le nombre de personnes survivant à un cancer de la prostate a beaucoup augmenté au cours des dernières années. C’est un résultat encourageant. Grâce aux progrès réalisés en diagnostic et en traitement, les chances de survie chez les patients atteints d'un cancer de la prostate ont considérablement augmenté.

Le cancer reste une maladie qui peut avoir de lourdes conséquences sur la vie des personnes touchées, pendant de longues années. Des études montrent que souvent, les patients atteints de cancer souffrent encore durant de nombreuses années après leur guérison: douleurs, incontinence, impuissance, fatigue, peur ou dépression, etc.

En général, cinq ans après leur diagnostic, les patients atteints d'un cancer de la prostate, n'entretiennent plus que peu de contact avec leur médecin traitant. Le suivi à long terme de ces patients est difficile et par conséquent nos connaissances sur ce groupe de personnes restent limitées. De manière générale, leur qualité de vie est mal connue.

Organisations participantes

  • Institut National pour l'Épidémiologie
    et l'Enregistrement du Cancer
    (NICER)
    c/o Université de Zurich
    Seilergraben 49
    8001 Zürich
    Tél +41 44 634 53 74
    Fax +41 44 634 54 44
    contact@procas.ch

  • Université de Zurich
    Epidemiology, Biostatistics &
    Prevention Institute (EBPI)
    Hirschengraben 84
    8001 Zürich

  • Directeur de l'étude
    PD Dr. méd. Volker Arndt
    Directeur scientifique NICER

Soutien

L'étude est soutenue par:


L'étude est soutenue financièrement par:

Objectifs

L'objectif de l'étude est d'analyser les conséquences à long terme sur les personnes atteintes d'un cancer de la prostate et d'analyser le(s) traitement(s) suivi(s). Dans ce contexte, l'analyse de la qualité de vie constitue un point essentiel. Nous voulons comprendre comment le patient se porte.

L'enquête a lieu entre
janvier et juin 2017.

  • Comprendre les conséquences à long terme du cancer de la prostate et de son traitement
  • Développer des approches de prévention des effets négatifs à long terme sur la santé
  • Améliorer la prise en charge et la santé des patients